Sentences exaltées

Par hdab
poème sur le couple et l'amour

Mes pensées sont pleines de toi, jour après jour mon âme t'appartient, il en va de même de mon cœur.

Cœur palpitant dans la poitrine de l'être conquis, fais de moi ton sujet, prêt à traverser les cieux afin de décrocher les étoiles qui viendront perler ton regard.

Regard perçant tel une flèche décochée pour transpercer, ne laissant le choix que de périr ou chérir sans limites.

Les limites de l'amour ont été depuis longtemps franchies par notre idylle, nous inventons chaque jour de nouvelles formes, déclinant la passion dans des domaines encore inconnus par le commun des mortels.

Mortel est ton éloignement, mortelle est ton absence, tandis que ta simple apparition redonne goût à tout ce qui constitue ma vie.

La vie est belle, ma vie est miel, tu butines les fleurs du bonheur et me fournis ce doux breuvage qui me rafraichit par sa tendresse, je fonds sous tes caresses.

Caresses dorées, caresses enchantées, douces en hiver, fraîches en été, caresses parfumées, caresses sucrées, me laissant envoûté, capable d'offrir mon âme pour un seul baiser.

Baiser sur le front, caresse sur la joue, chuchotement sur les lèvres, le bonheur est ineffable malgré la fièvre laissée par la bouche d'une ondine, le monde peut alors se figer, ainsi que le temps.

Le temps devient spirale infinie dans tes bras, m'emmenant plus haut, plus souvent, plus longtemps, un seul verbe et je te cède tout ce qui fait mon essence, tout ce que je suis sans contrepartie, excepté de ta part ce mot.

Le mot qui fait couler le sang dans mes veines, celui qui fera de moi un roi, ô ma reine, souveraine de mes jours, maîtresse de mes nuits.

La nuit porte conseil me dit ma conscience. À quoi sert le conseil à l'être privé de sa moitié, privé de l'être aimé ?

Aimée tu l'es, laisse-moi te l'avouer, dans un souffle, dans un râle ou dans un cri, nul n'est autant adulé que toi, nul n'est autant mentionné que toi dans mon univers.

L'univers tout entier déborde de ma passion, de mon ivresse, redoublant sans cesse, rien ne peut l'en empêcher, ni le manque, ni l'excès.

Excès de sensations et de dévotion mènent à la déraison, qu'importe de perdre la raison si c'est dans ton amour qu'elle se fond, provoquant ma folie.

La folie des grandeurs m'emporte à tes côtés, me faisant miroiter le paradis sur terre, divine sensation ressentie lorsque tu effleures ma peau, que tu prononces mon nom.

Ton nom est gravé en lettres de feu dans les entrailles de ma galaxie, toi le soleil autour duquel tournent les étoiles de ma vie, ô mon Aldébaran, ma comète, ma mie.

Toi mon amie, l'Iseult à son Tristan, la Juliette des rêves de son Roméo. Je suis ton Ulysse, tu es ma Pénélope, notre couple résistera à l'histoire.

Histoire sublime, histoire inédite, telle sera notre légende, chaque grain de ta peau est une pépite d'or que tu portes, un diamant sans pareil qui m'est offert, pour mon seul profit, consommable à l'envie.

L'envie ne me manque guère, envie de toi scrutant mon regard pour y lire la tendresse, envie d'oublier les soucis de ce monde sous tes poèmes, envie de délassements à tes côtés, suivis de paresse, encore et encore et encore.

Encore faudrait-il que tu daignes m'accorder un regard, une pensée, que tu puisses savoir qu'à tes pieds j'ai toujours supplié, supplié d'obtenir une audience, un instant.

L'instant où tu accepteras de me savoir exister, suffira de récompense à mon éternité, je maintiendrai indéfiniment dans mon esprit son souvenir.

Le souvenir du jour où nos regards se sont croisés, où nos mains se sont touchées, où nos corps se sont enlacés, est gravé dans ma mémoire à jamais.

À jamais je serai ton amant, ta moitié, ton double, ton pendant, nous sommes reflet l'un de l'autre, envers du miroir l'un pour l'autre, la fusion de nos êtres ne fait aucune équivoque, nous sommes un.

Un indissociable et séparés à la fois, nés pour créer cette alchimie unique, étant la source et le résultat l'un de l'autre, un début sans fin, un couple modèle.

Le modèle qui servit de prototype à l'amour parfait, la sensualité nous sert de manteau, la délicatesse fait partie de nos attraits, féminin et masculin à l'état pur.

De pures sensations nous envahissent chaque instant, extasie des sens, ivresse de la raison, radiation de bonheur, spasme de couleurs, jouissance de saveurs.

Saveur de goûts, lumière céleste, pureté des sensations, tu me procures tout cela à la fois et bien plus que mes mots ne pourraient décrire.

Décrire tes beautés n'est certes pas une sinécure, mais à quoi servent les mots lorsque la béatitude suffit à s'exprimer ?

Exprimer mon allant suffira amplement, daigne l'entendre, mon cœur en sera réjoui, je pourrai reposer mon être satisfait.

Satisfait d'être ton vêtement, ta forteresse, ton temple et ton gardien, contente-toi de poser ton visage sur le mien, et ne crains plus rien.

Rien ni personne n'entravera le destin tracé, celui de notre union consacrée, aussi vrai que la terre est terre et le ciel est ciel.

Ciel azur sur nos vies étoilées, l'utopie devient réalité, le bonheur est mûr, il est temps de le cueillir, le goûter, en presser le nectar et le déguster.

Dégustons ensemble cette liqueur paradisiaque et laissons s'enivrer de bonheur nos pensées...

 

Partage cet article pour en faire profiter tes ami(e)s !